Paris, le 22 avril 2018,
 

Il y a un an, à l’occasion de la journée de la Terre, Bas Les Pailles lançait une pétition adressée aux candidat·e·s à la Présidentielle et au Ministère de l’Environnement pour obtenir l’interdiction des pailles en plastique à usage unique en France, fléau écologique méconnu. En quelques jours, notre appel a recueilli des milliers de signatures, et en compte aujourd’hui plus de 97 000.

 

Un an plus tard nous constatons la montée d’une véritable prise de conscience sur le sujet. Sur-consommées, non recyclables, les pailles en plastique alimentent un flot de déchets qui polluent l’environnement et intoxiquent la chaîne alimentaire dans un cycle mortifère. Endiguer ce flot n’est plus une option, et de nombreu.se.s citoyen.ne.s à travers le monde l’ont compris.

 

2018 marque un tournant dans la lutte contre les pailles en plastique au niveau mondial. Aux Etats-Unis, Seattle devient ainsi la première ville du pays à interdire les pailles en plastique dès l’été 2018, et les villes de Malibu et Berkeley lui emboîtent le pas. L’Écosse, le Costa Rica, le Kenya et Taiwan prévoient également une interdiction totale ou partielle des pailles en plastique. Fin mars McDonald’s UK a annoncé que ses 1300 franchises allaient remplacer les pailles en plastique par du papier, choix qui s’avère plus que nécessaire à l’heure où le gouvernement britannique prévoit une interdiction des pailles en plastique dans tout le pays. Plus proche de chez nous, Eurostar a cessé d’utiliser des pailles en plastique, et le groupe Pernod-Ricard les a banni de ses événements.

 

Peu à peu, pas à pas, les comportements évoluent, les autorités s’engagent, les grands groupes adaptent leurs pratiques. Alors, que fait la France ?

 

D’après les chiffres disponibles, près de 9 millions de pailles en plastique sont utilisées - et jetées - chaque jour uniquement dans l’industrie de la restauration rapide - l’équivalent de deux fois le périmètre du territoire métropolitain. Les pailles occupent la septième position parmi les déchets les plus ramassés sur les plages françaises. Mais même en ville, un regard en alerte lors d’une déambulation urbaine vous fera réaliser qu’elles sont présentes à chaque coin de rue, trottoir ou caniveau.

 

La France s’est engagée à devenir “une nation de l’excellence environnementale”, a rejoint la campagne #OcéansPropres des Nations Unies, mais à ce jour la loi sur la Transition énergétique ne concerne toujours pas les pailles en plastique.

 

Alors que partout dans le monde, des initiatives fleurissent, des gouvernements s’engagent, nous attendons toujours que des décisions majeures soient prises dans notre pays contre le fléau de la pollution générée par les pailles en plastique à usage unique. Notre lettre adressée en janvier au Ministre de la Transition Écologique est restée sans réponse. Les chaînes de fast food, responsables d’une majeure partie de cette pollution, n’agissent pas. Pourtant des alternatives existent et sont à la portée de tou·te·s : les pailles réutilisables en inox, plastique ou bambou ou encore des pailles comestibles, les pailles en carton ou en amidon de maïs, qui constituent des substituts écologiques et abordables.

 

En ce jour significatif pour la sauvegarde de nos écosystèmes, mais aussi très spécial pour Bas Les Pailles qui célèbre ses 1 an, nous appelons officiellement nos autorités à agir, et à nous offrir ainsi qu’à notre planète, un beau cadeau.

 

Bas Les Pailles